Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 18:25

Autre grand classique de la théorie néoclassique, qui fait palabrer à l’infini les orthodoxes, bondir les hétérodoxes et sourire le chaland : l’équivalence Ricardienne.

 

Quel est le but de cette théorie ? (Oui le but parce qu’en économie on a tendance à ne pas construire sa pensée en fonction de ce qu’on « découvre » comme dans les autres sciences, mais plutôt à créer des théories dans le but de conforter sa pensée.) Donc le but est ici de montrer qu’il ne sert à rien à l’Etat de relancer l’économie en finançant son déficit par la dette publique.

 

Le bon sens des gens bêtes (ça c’est nous) leur indique que lorsque l’Etat augmente ses dépenses (ou diminue ses impôts) grâce à l’accroissement de sa dette, cela va accroître les revenus des ménages, donc les inciter à consommer d’avantage, donc inciter les entreprises à produire et embaucher d’avantage, donc relancer l’économie.

 

Mais les gens bons (les économistes néoclassiques) savent qu’il n’en rien. Imaginez que demain l’Etat s’endette en nous donnant tous un peu d’argent (ou en baissant ses impôts). Qu’allons-nous faire de cet argent ? Le dépenser ? Bien sûr que non ! Nous sommes rationnels. Nous savons bien que l’Etat devra rembourser sa dette demain et qu’il devra pour cela raugmenter ses impôts. Alors le mieux c’est encore de placer cet argent supplémentaire à la banque et d’attendre que les impôts remontent pour le ressortir. Ainsi notre sentier de consommation, que nous avons choisi afin de maximiser notre utilité intertemporelle, n’est pas perturbé. Et la dette de l’Etat n’aura servi qu’à accroître l’épargne des particuliers qui sert (en partie) à la financer, elle n’aura donc servi à rien, même pas à relancer un peu la consommation !

 

Oui mais dit l’homme bête, nous serons probablement déjà tous morts lorsque l’Etat commencera à rembourser sa dette, alors à quoi bon épargner cet argent puisque ce n’est pas nous qui subiront les hausses d’impôts ? Ah non répond l’homme bon, ne sais-tu pas que, même si nous sommes fondamentalement égoïstes, nous sommes parfois aussi un peu altruiste quand ça peut arranger les économistes ? Nous pensons donc à nos enfants. Et si nous savons que ce sera à nos enfants de rembourser ces dettes, eh bien nous leur donnerons un plus gros héritage, nous y inclurons ces sommes versées par l’Etat que nous avons placé à la banque et qui devront être remboursées un jour. Et si ce sont nos petits-enfants qui devront rembourser, eh bien pas d’inquiétude nos enfants feront la même chose avec eux. La relance par la dette n’est donc qu’un leurre pour gens bêtes ! Le savant ne s’est pas laissé berner !

 

Et nous saute alors aux yeux tout l'iniquité de la condition humaine, si seulement on était juste égoïstes, on ne pensait pas à nos enfants, les politiques de relance de l'économie par la dette marcherait, ah monde cruel !!

 

Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’articles écrits sur le sujet (en tapant « ricardian equivalence » sur un site, science-direct, qui répertorie un certain nombreux de revues spécialisées, vous avez déjà pour la section économie 677 réponses), cherchant à savoir dans quelles conditions cette théorie est valide ou ne l’est pas, à approfondir ou tester cette théorie empiriquement, etc.

 

Qu’une partie de l’argent reçu grâce à une baisse d’impôts ou une augmentation des dépenses publiques ne soit pas utilisée pour la consommation, c’est une certitude, ça dépend de la propension marginale à épargner de chacun comme Keynes l’a expliqué. Que cela soit dû aux calculs savants de millions de ménages en partie altruistes souhaitant maximiser leur utilité intertemporelle et celle de leur progéniture, ça laisse dubitatif. Que des milliers d’économistes continuent à travailler et à enseigner cette théorie, remise au goût du jour dans les années 70 par Barro, en la présentant comme une des grandes découvertes en économie de ce dernier demi-siècle, on reste coi.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gilles Chevalier 28/12/2014 16:47


Peut-être serez-vous intéressé par la lecture de ce nouveau blog que l'on pourrait intituler       Introduction à l'oeuvre de l'économiste français Bernard Schmitt. Ou Bernard
Schmitt pour les nuls.


Il était un grand admirateur de David Ricardo qu'il surnommait le Baruch Spinoza de la science économie.


http://cause-schmittienne.over-blog.com/2014/06/lettre-aux-jeunes-economistes.html

Yannick 25/11/2009 11:05


Je suis tout à fait ouvert à une discussion sur la pertinence de l'usage des modèles VAR dans l'évaluation de l'impact des dépenses du gouvernement sur la consommation.


Yannick 24/11/2009 21:33


Lisez ceci :
http://www.mafeco.fr/?q=node/203

Vous vous méprenez sur "l'objectif" de l'équivalence ricardienne.

Au passage, il n'est pas si sûr que les dépenses du gouvernement aient les vertues qu'on leur prête :

http://quedisentleseconomistes.blogspot.com/2009/11/les-depenses-du-gouvernement-ont-un.html


Heterodoxes 25/11/2009 10:22


Dans votre billet, vous parlez d'un article qui affirme que l'augmentation des dépenses des gouvernements fait chuter la consommaton.
Je le lirais, mais je pense que ça me donnera matière pour un prochain billet caustique ! Merci pour le filon !