Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 18:09

 

 

Nous allons étudier, pour chacune des 3 théories présentées dans le billet précédent, si l'égalité I = S est toujours vérifiée lorsque des ménages ou des Etats s'endettent.

 

La théorie néoclassique :

 

Supposons que les ménages aient la possibilité d'emprunter de l'argent à leurs banques, pour un crédit à la consommation ou un crédit immobilier (hypothèse somme toute raisonnable :).

 

Dès lors, nous dit la théorie néoclassique, il n'y a pas d'autres solutions, ces emprunts devront être financés par le stock d'épargne préexistant, donc au détriment des investissements.

 

En appelant E les crédits accordés aux ménages (on ne peut pas les appeler C, la lettre est déjà utilisée pour la consommation), on a  alors :

 

S = I + E ou I = S – E

 

Les investissements auront baissé d'autant qu'il y a eu de crédits accordés aux ménages. Et l'égalité I = S n'est plus respectée (puisque maintenant I = S – E).

 

Mais peut-on pour autant dire que la relation I = S est fausse ? Non, il suffit :

- soit de considérer les emprunts des ménages comme des investissements (ça marcherait à la limite pour un achat immobilier, mais pour un crédit à la consommation, l'hypothèse paraîtrait bien cavalière)

- soit de considérer que S n'est pas l'épargne des ménages, mais leur épargne nette (c'est-à-dire tout ce qu'ils ont épargné – tout ce qu'ils ont empruntés).

 

Pourquoi pas ?

 

Mais supposons maintenant que l'Etat puisse lui aussi s'endetter (hypothèse plutôt raisonnable aussi :). Et appelons D cette dette. Nous aurons alors, en suivant le même raisonnement que précédemment :

 

S = I + E + D ou I = S – E – D

 

L'épargne devra alors servir à financer à la fois les investissements des entreprises, les emprunts des ménages et ceux de l'Etat. Les investissements auront donc ici baissé d'autant qu'il y aura eu de crédits accordés à l'Etat (c'est d'ailleurs un résultat célèbre des théories classiques et néoclassiques, connu sous le nom "d'effet d'éviction").

 

Il devient alors un peu plus difficile de sauvegarder l'égalité entre épargne et investissement (à moins de considérer que l'endettement de l'Etat constitue aussi un investissement, etc. Mais là ça devient vraiment tiré par les cheveux..).

 

C'est pourquoi je pense qu'il faut d'avantage considérer l'égalité I = S comme un cas d'école, dans lequel les autres agents ne s'endettent pas, qui sert à bien montrer aux étudiants les liens entre I et S, que comme une égalité qui façonnerait réellement notre monde (ce qui explique peut-être RST pourquoi cette relation te laissait perplexe ?).

 

Mais le cas d'école finit par être considéré peu à peu comme la norme..

 

Je dis cela pour la théorie néoclassique, mais c'est également vrai pour les théories keynésiennes et circuitistes, comme nous allons le voir.

 

La théorie keynésienne :

 

Dans la théorie keynésienne, si un ménage ou l'Etat s'endette, le circuit suivi par l'argent devrait être le même que lors de l'investissement.

 

Circuit suivi par l'argent si le ménage s'endette : banque --> ménage -(consommation)-> entreprises -(versement salaires et dividendes)-> ménages -(consommation)-> entreprises, etc..

En supposant que le taux d'épargne est de s, le surplus de consommation induit par l'emprunt bancaire sera de E / s (comme pour l'investissement dans le billet précédent) et le surplus d'épargne sera de E.

 

Dès lors, si on avait I = S avant que le ménage contracte son crédit (car les investissements ont généré une épargne équivalente), nous avons, après que le ménage ait contracté son crédit :

- l'investissement I, qui n'a pas changé

- la nouvelle épargne S', qui correspond à l'épargne générée par les investissements I, et à l'épargne générée par le crédit contracté par le ménage E, soit S' = I + E.

 

Et comme précédemment, l'épargne totale S' n'est plus égale à l'investissement I.

 

Et ce serait bien sûr la même chose si on supposait que l'Etat s'endette.

 

Là aussi, il faut considérer uniquement l'égalité I = S comme un cas d'école, destiné à montrer aux étudiants dans un modèle simple (sans endettement possible de l’Etat ou des ménages) comment l'investissement génère l'épargne.

 

D'ailleurs, lorsque je fais le TD sur les politiques économiques keynésiennes avec mes étudiants, dès que l'Etat s'endette on arrive à l'égalité S = I + endettement de l'Etat. Egalité qui ne veut pas dire comme chez les néoclassiques que l'endettement de l'Etat se substitue aux investissements, mais que l'endettement bancaire de l'Etat, tout comme celui des entreprises via l'investissement, génère une épargne équivalente. Et invariablement revient la même question des étudiants : "mais il y a un problème, on n'a plus I = S".

 

Non, on est juste sorti du cas d'école..

 

La théorie circuitiste :

 

Et pour les circuitistes c'est la même histoire.. Si Etats et ménages s'endettent en même temps que les entreprises investissent, alors les dépôts bancaires (associés à l'épargne) augmenteront de I + E + D, tandis que les investissements n'auront été que de I..

 

 

Pour finir la petite histoire de tout à l'heure, la première fois qu'un étudiant m'a posé la fameuse question : "mais il y a un problème, on n'a plus I = S", je me suis longuement gratté la tête, puis ai refait tous les calculs.. pour m'apercevoir qu'il n'y avait pas de problèmes..

 

Cas d'école, quand tu nous tiens !!!

 

Repost 0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 10:25

 

Quelle que soit la théorie économique considérée, l'égalité semble quasiment incontournable :

épargne = investissement (soit en anglais : savings = investments, soit avec des symboles : S = I).

 

Pourtant derrière cette égalité se cache des conceptions extrêmement différentes. Nous allons étudier ici ce qu'en disent les néoclassiques, les keynésiens et les circuitistes. Puis nous nous demanderons, dans un autre billet, si cette égalité est vraiment nécessairement vérifiée..

 

I = S chez les néoclassiques

 

Chez les néoclassiques, I = S signifie que l'épargne permet l'investissement. Autrement dit, si vous épargnez 1 euro de plus de votre revenu et que cet euro est placé dans une banque, vous permettrez à cette banque de prêter 1 euro de plus aux entreprises et donc aux entreprises d'investir 1 euro de plus.

 

Depuis plus d'un siècle déjà, des économistes font remarquer que, les banques pouvant créer de la monnaie ex nihilo, il ne leur est pas nécessaire de disposer d'une épargne préalable pour prêter de l'argent, fait que (quasiment) tous les économistes reconnaissent aujourd'hui.

 

Néanmoins, ce fait n'est pas pris en considération par une majorité d'économistes dans leurs travaux, tout simplement parce que les fondements de ces travaux sont incompatibles avec l'idée d'un financement de l'investissement par création monétaire.

 

Pourquoi ?

 

Ces travaux considèrent une économie sans monnaie Or, pas de monnaie = pas de création monétaire, il y a donc dans ce cadre-là peu de risques de voir une entreprise financer ses investissements grâce à une prêt bancaire financé par création monétaire.

 

Ces travaux considèrent généralement une économie où le plein-emploi est la norme. Or dans une économie de plein-emploi si vous voulez investir d'avantage, il faut prélever des salariés produisant des biens de consommation pour leur faire produire des biens d'investissement, ce qui implique nécessairement une baisse de la consommation, c'est-à-dire une augmentation de l'épargne. Créer de l'argent pour financer des investissements dans une économie de plein-emploi ne servirait effectivement pas à grand chose.

 

Ces travaux considèrent une économie dans laquelle la demande n'a pas de réelle importance. Dès lors, le fait qu'une hausse de l'épargne implique nécessairement une baisse de la consommation (c'est-à-dire en toute logique, une baisse de ventes des entreprises, donc a priori un moins grand désir d'accroître leur capacité de production, donc leurs investissements) ne déprime pas du tout la situation économique. Donc une hausse de l'épargne peut entraîner sans souci un accroissement des investissements. Pas besoin de faire appel à la création monétaire, qui offre notamment la possibilité d'accroître les investissements sans déprimer la consommation et aide dès lors à mieux comprendre la dynamique des économies.

 

I = S chez les keynésiens

 

Pour les keynésiens, I = S signifie que c'est l'investissement qui génère l'épargne. Cette théorie s'appuie sur le fameux effet multiplicateur.

 

Elle dit la chose suivante : supposons qu'une entreprise demande un crédit I à une banque pour financer ses investissements. La banque, n'ayant pas de ressources disponibles, crée cet argent ex nihilo. Quel va être le trajet de cet argent ?

 

L'argent créé va de la banque à l'entreprise qui souhaite investir.

Puis l'entreprise en question investit, en achetant des machines. L'argent se retrouve donc dans les caisses de l'entreprise produisant ces machines.

Cette entreprise, en produisant, va payer des salaires, etc.. Les I investis à la base vont donc se retrouver dans les poches des salariés et actionnaires de l'entreprise produisant les machines.

Si on suppose que le taux d'épargne des ménages est de s (c'est-à-dire qu'ils épargnent s % de leurs revenus), alors les ménages concernés vont ici épargner pour s I de leurs revenus, et consommer pour (1 – s) I.

Ces (1 – s) I consommés vont se retrouver par définition dans les caisses d'autres entreprises, qui en produisant vont les verser à leurs salariés et actionnaires.

Ceux-ci vont donc toucher (1 – s) I. Comme ils épargnent aussi s % de leurs revenus, ils vont donc:

- consommer pour (1 – s) (1 – s) I

- épargner pour s (1 – s) I.

L'épargne totale générée par ces investissements est donc pour le moment de s I + s (1 – s) I.

Et si vous poursuivez ce raisonnement, vous vous apercevrez qu'au final tout l'argent investi aura permis d'accroître la production de I / s (soit, si s = 0,2 par exemple, le surplus de production engendré par le fait d'investir I aura été de 5 I, on retrouve l'effet multiplicateur) et aura engendré une épargne de I.

On retrouve bien par conséquent le résultat I = S, quelles que soient les sommes investies par les entreprises, et même si l'argent a été créé initialement par les banques à partir de rien.

 

I = S chez les circuitistes

 

Les circuitistes ne croient pas en la théorie du multiplicateur. C'est une de leur principal différence avec les postkeynésiens. Ils raisonnent dans le cadre d'une période, au sein de laquelle se déroulent les étapes suivantes :

- Les banques prêtent aux entreprises l'argent nécessaire à leurs dépenses de consommation et d'investissement (il y a différentes "variantes" de la théorie circuitiste, je présente celle qui me paraît la plus pertinente).

- Les entreprises produisent, paient des salaires et investissent.

- Les ménages consomment avec les salaires versés par les entreprises.

- Les entreprises constatent leurs profits (= consommation – salaires versés) et remboursent aux banques les crédits arrivés à échéance.

 

En raisonnant ainsi au sein de chaque période, les circuitistes ne peuvent pas retrouver le concept de multiplicateur, qui s'absout du concept de période, puisqu'il suppose des allers-retours incessant entre consommation des ménages et distribution des salaires par les entreprises, là où au sein d'une période on ne considère qu'un seul de ces allers-retours.

 

Pourtant I = S quand même chez les circuitistes, mais simplement pour des raisons.. comptables (ça va faire plaisir à Jean ;-). S prend alors plus le sens de dépôt bancaire que d'épargne.

 

En effet, en prêtant I, les banques augmentent d'autant les comptes bancaires des entreprises. Puis, lorsque les entreprises produisent (et donc paient des salaires), cet argent se retrouve sur les comptes des ménages, puis lorsque ces derniers consomment, il retourne sur le compte des entreprises. De sorte que, si on omet l'argent caché sous les matelas, une augmentation de I des investissements entraînera nécessairement une augmentation de I des dépôts bancaires.

 

 

Voici donc comment 3 théories très différentes arrivent par 3 chemins différents au même résultat. Mais à un résultat qui n'a pas du tout la même signification, en termes de politiques économiques préconisées. Et un résultat qui, à mon avis nous verrons ça, n'est pas systématiquement vrai.

Repost 0