Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 11:03

 

Voici ce qu'a affirmé Alain Minc, qui ne se caractérise pourtant pas par son rejet de l’économie de marché ou par un quelconque ressentiment envers les économistes néoclassiques, hier matin sur France Inter (dans inter-activ) :

 

« Les politiques et les banquiers centraux ont montré que dans des circonstances exceptionnelles, ils ont des instruments. L’ensemble des dirigeants – et je dis bien politiques et banquiers centraux du monde entier – ont sacrément bien fait leur boulot. Et si le même boulot avait été fait en 1930, on aurait peut-être évité la suite, y compris le nazisme. »

 

Ce n’est pas très joli à dire, et avec des « si » on pourrait faire beaucoup de choses, mais le fait est que pour cette période on possède de nombreux éléments qui laissent penser que cette supposition est très plausible. Et si tel est le cas, je pense qu’on doit pouvoir le dire sans se faire attribuer des points Godwin : l’un des plus grands drames qu’a connu l’Humanité (la seconde guerre mondiale et ses crimes contre l’Humanité) a probablement eu pour étincelle les décisions économiques erronées prises par une poignée d’individus à la tête des Etats et des Banques Centrales, décisions directement inspirées par la vision fantasmée et absolument irréaliste qu’avaient alors la grande majorité des économistes du fonctionnement d’une économie de marché.

 

Les néoclassiques des années 30 ne sont pas les néoclassiques d’aujourd’hui, mais je pense qu’ils seraient encore nombreux, parmi les adeptes de Kydland, Lucas ou Barro, à reproduire les mêmes erreurs 80 ans après.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ette Rodox - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

RST 16/04/2010 18:56


@Nico

Ça m'inquiète que nous soyons d'accord ;-)

J'ai l'impression qu'Ette Rodox ne s'est pas remis de ma critique. Il en reste muet ;-)


NiCo 16/04/2010 11:20


Je plussoie RST ;)


RST 15/04/2010 18:41


@ Ette Rodox
Vous avez fumé la moquette ou quoi ? Pas vous quand même ! Vous êtes en train de valider la tentative d’Alain Minc de nous faire croire que nos dirigeants nous ont brillamment évité la troisième
guerre mondiale, autant dire l’apocalypse. Il faudrait donc leur en être infiniment reconnaissant, les remercier, reconnaitre leurs immenses qualités et les laisser tranquillement continuer à faire
leurs petites affaires ? Mais qui nous a amené au bord du précipice ? Qui a mis en place les conditions pour que tout soit prêt à péter, les mêmes me semble-t-il, non ? Ils ont sciemment construit
une bombe à retardement mais ils ne l’ont pas encore déclenchée et nous devrions leur en être reconnaissants ? Y a plus qu’à leur dresser des statues pendant que vous y êtes, à ces bienfaiteurs de
l’humanité!
Désolé, mais ça ne tient pas la route une seconde. Que nos élites aient en partie tenu compte des expériences passées pour ne pas recommencer certaines erreurs, c’est la moindre des choses que l’on
puisse attendre de leur part. Pour le reste, nous ne sommes pas encore sortis d’affaire, loin de là, et les mesures d’austérité proposées pour régler les problèmes n’augurent rien de bon. Le plus
probable est qu’on a reculé pour mieux sauter, donc pas de quoi pavoiser.

Quant à faire croire que la tragédie que le monde a connu dans les années 40 aurait pu être évitée simplement en injectant des liquidités (pour faire court) c’est du grand n’importe quoi. Ses
causes sont multiples et n’étant pas historien, je ne suis pas qualifié pour en faire la liste. Vous le reconnaissez d’ailleurs : les décisions des économistes n’ont été que l’étincelle qui a mis
le feu au brasier préparé par d’autres.
Désolé mais vous avez définitivement mérité votre point Godwin !


Ette Rodox 17/04/2010 20:01



La loi de Godwin c'est : « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une
comparaison impliquant les nazis ou Hitler s'approche de 1. » Est-je déjà comparé un économiste néoclassique avec Hitler ou un nazi ou un fasciste ? Ni sur internet, ni ceux que
je cotoie et qui ne sont pas du tout choqués par cette idée (qu'émettent de nombreux historiens, méritent-ils tous des points Godwin?) sur les liens entre la crise de 29 (et sa gestion) et
l'arrivée d'hitler au pouvoir. Le propos et juste de montrer la responsabilité des économistes dans les décisions qu'ils prennent ou ont pu prendre.


Pour reprendre l'analogie du brasier, la première guerre mondiale, l'humiliation de la défaites, les préjugés qu'ils y avaient à cette époque, etc. constitueraient l'ensemble des bûches.
Néanmoins pour que le tout s'enflamme, il fallait une étincelle, une grosse étincelle, les allemands n'étaient pas des psychopathes sanguinaires, il y avaient plusieurs gardes-fous, une
démocratie, fragile et jeune mais qui ne s'en sortait pas si mal jusqu'en 29. Cette étincelle avaient donc besoin d'un bon coup de chalumeau, tout trouvé parmi les 50% de chômeurs qu'il y avait
dans l'industrie, les 30% dans la population, et tout les autres qui voyaient leur gouvernement et les gouvernements amis se déclarer impuissant face à toutes ces situations de désespoir et à la
dégradation de la situation. Et on pourrait penser (c'est le pas qu'ont semble t'il osé franchir un certain nombre d'historiens et alain minc) que le bucher n'aurait peut-être pas pris feu sans
cela. D'ailleurs on avait déjà commencé vers la fin des années 20 à enlever qq buches (timide rapprochement franco-allemand etc..)


Quant aux banquiers centraux et dirigeants du monde actuel, que se serait-il passé s'ils n'avaient rien fait : le monde aurait très probablement connu la dépression annoncée et une bcp plus forte
augmentation du chômage. Est-ce qu'ils sont responsables par leurs politiques (de dérégulation, etc..) passées de la crise : je le pense. Est-ce qu'ils vont changer les choses à moyen et long
terme pour éviter qu'une telle crise se reproduise : je ne le pense pas. Mais ce n'était pas le propos ici. Et est-ce qu'ils ont évité une troisième guerre mondiale : non, parce que la situation
n'est pas la même aujourd'hui que dans les années 30. Mais il y a fort à parier qu'il y aurait eu un regain de nationalisme/votes d'extrême droite.