Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 10:23

 

Comment se construit la courbe IS ?

 

La courbe IS est la courbe keynésienne par excellence. Elle vous dit que si la demande augmente, la production augmentera d’autant. Autrement dit, si on consomme d’avantage, les entreprises produiront plus pour pouvoir répondre à cette consommation.

 

Ca n’a l’air de rien comme ça, mais cette courbe constitue à elle seule une petite révolution scientifique. Concevoir, pour des économistes habitués à ne jamais penser en termes d’insuffisance de la demande, qu’une augmentation de la demande puisse stimuler la production et donc que la faiblesse de la production puisse s’expliquer par la faiblesse de la demande, constituait un profond bouleversement intellectuel. Et il y a fort à parier que si un tel concept avait été présenté avant la dépression des années 30 et son chômage de masse, personne n’y aurait prêté attention (d’ailleurs cela a dû arriver à plusieurs reprises, mais comme personne n’y a prêté attention.. :). Ou du moins n'aurait pas fait mouche (comme ce fut le cas avec Malthus par exemple, qui évoqua la possibilité de crises de sous-consommation un siècle auparavant, mais ne fut pas repris).

 

La courbe IS est à ce titre l’enfant du désarroi intellectuel dans lequel la dépression des années 30 a plongé les économistes, qui étaient alors incapables de comprendre ce qui se passait sous leurs yeux, malgré 150 ans de recherche en science économique..

 

Cette courbe IS nous dit donc qu’à court terme la demande détermine la production. Quelles sont les trois grandes composantes de la demande ?

 

  • La consommation des ménages (C).
  • L’investissement des entreprises (I). 
  • Les dépenses publiques (G).

 

Supposons que C = 100 euros, I = 30 euros, et G = 50 euros. Que nous dira la courbe IS ? Que la demande (globale) est de : 100 + 30 + 50 = 180 euros, et donc que les entreprises, qui produisent en fonction de la demande, produiront pour 180 euros de biens. Et si la consommation passe à 110 par exemple, la demande globale sera de 190 et donc la production (Y) passera à 190.

 

 

2e point : Nous l’avons vu dans le billet précédent, la courbe IS est placée dans un graphique ayant pour ordonnée le taux d’intérêt (i). Quel est l’influence du taux d’intérêt sur la demande, et donc sur la production ?

 

Il est supposé que le taux d’intérêt n’a pas (ou si peu que pas) d’influence sur la consommation. De même pour les dépenses publiques. En revanche, il est supposé qu’il en a une sur l’investissement. En effet, si le taux d’intérêt est faible, il est moins coûteux d’emprunter, donc moins coûteux d’investir (car il est supposé qu’une bonne partie des entreprises qui investissent recourent à l’emprunt), et donc les entreprises vont investir d’avantage. Or si les entreprises investissent d’avantage, la demande globale augmente, donc la production augmente.

 

Taux d’intérêt faible (i faible) il est moins coûteux d’emprunter il est moins coûteux d’investir les entreprises investissent d’avantage (I augmente) la demande globale (C + I + G) augmente la production (Y = C + I + G) augmente. 

 

Et inversement si le taux d’intérêt est fort.

 

Donc, plus i est fort plus Y est petit, et plus i est faible plus Y est grand. Ce qui donne à la courbe IS l’allure suivante :

 

IS LM 6

 


3e point : Et que se passe-t-il si la dépense publique augmente, par exemple ?

 

Eh bien pour un même taux d’intérêt, la demande globale, donc la production, sera plus forte. Ce qui équivaut, graphiquement, à un déplacement de IS vers la droite.

 

IS LM 7

 

Et si la consommation des ménages augmente ? Même chose.

 

Et inversement.


 

C’est pas plus compliqué que ça pour IS ! Prochain billet : la courbe LM. Et dans deux billets : une analyse du modèle, révélatrice de la manière dont les néokeynésiens conçoivent la monnaie..

 

(PS pour parer à d'éventuelles remarques : j'ai squizzé l'histoire du multiplicateur qui n'apporte à mon avis ici rien de plus à la démonstration)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yaya 10/08/2015 20:39

Je crois que je suis un peu eclairé.

Question 26/02/2015 08:59

J'ai l'impression que vous squeezez une grande partie de l'explication. J'ai personnellement vu en cours que l'on ne peut pas tracer directement la courbe en fonction du taux d'intérêt et du niveau de production, il faut partir de la courbe (droite) en fonction de l'investissement (I) et de l'épargne (S) d'où le nom de la courbe : IS. D'ailleurs au final sans passer par les étapes précédentes nécessaires, vous vous retrouvez à expliquer une tautologie c'est à dire que plus d'investissement entraine plus de demande, mais ce qui est évident puisque l'investissement c'est de la demande. Ce qui est plus intéressant, et que Keynes montre, est que la hausse de la demande (consommation, dépenses publiques) entraine une hausse de l'investissement.
Bref, normalement je crois (enfin d'après ce que j'ai vu) que le graphique devrait ressembler à ça http://imageshack.com/a/img537/1061/qM4RqW.png il faut tracer les trois cadrans précédents avant d'arriver au 4e (on voit par exemple que lorsque l'on passe du point A au point B, logiquement le taux d'intérêt baisse...)

Qu'en pensez-vous ?

Question résolue 10/08/2015 23:09

D'accord, je comprends, merci beaucoup de votre réponse!

Heterodoxes 06/03/2015 16:41

Bonjour et merci pour votre commentaire.
Il y a principalement deux choses concernant l'investissement dans la pensée keynésienne :
- d'une part l'investissement accroit la demande, et génère même une demande plus forte que le montant initial de l'investissement : c'est le principe du multiplicateur, qui apparaît dans le modèle IS-LM
- d'autre part, une demande plus forte va stimuler l'investissement, c'est le principe de l'accélérateur, qui lui n'apparaît pas dans le modèle IS-LM.

Concernant le graphique en lien, il montre juste, par rapport à celui que j'ai présenté, et celui que présentent le plus généralement les manuels de macroéconomie, qu'à la fin I=S. La partie supérieure du graphique est la conséquence de sa partie inférieure, elle n'aide pas à la construire. Le graphique que j'ai dessiné reprends la partie inférieure et n'a donc pas besoin de plus pour pouvoir être dessiné.
D'accord ?

naima 05/06/2012 18:58


merciiiiiii infiniment

une prépa qui révise pour le concour 26/04/2012 15:15

Merci beaucoup pour votre explication. Vous avez une très bonne pédagogie.

Ette Rodox 25/07/2012 13:52



Merci