Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:15

 

Nous avons vu dans les précédents billets que les économistes néokeynésiens supposent dans leurs modèles que la monnaie est exogène, tandis que les postkeynésiens et les circuitistes la supposent endogène. Nous allons nous demander ici ce que cela peut bien changer..

 

Tout d’abord il faut bien voir que, contrairement aux apparences, le caractère endogène ou exogène de la monnaie ne change pas en théorie la capacité qu’à la banque centrale à réguler la quantité de monnaie dans l’économie.

 

Dans un cas, la banque centrale régule directement la quantité de monnaie dans l’économie, en fixant le montant qu’elle prête aux banques. Dans l’autre, elle la régule indirectement en fixant le prix auquel elle va prêter la monnaie aux banques, prix qui détermine en partie le coût du crédit et donc impacte sur la quantité de crédit émis, soit la quantité de monnaie en circulation. 

 

Je dis en théorie, parce qu’en pratique il est toujours plus compliqué, moins précis, de réguler les choses indirectement que de les réguler directement. D’ailleurs la croissance de la masse monétaire dépasse toujours largement les objectifs de croissance de la banque centrale européenne. Pour reprendre une analogie utilisée dans un commentaire, les choses sont un peu les mêmes que si un Etat avait le choix entre deux politiques protectionnistes : fixer des quotas ou des taxes douanières. En théorie, l’Etat peut fixer des taxes douanières de manière à retrouver exactement les niveaux d’importations que permettaient les quotas. En pratique, ce sera un peu plus difficile parce qu’il ne sait jamais parfaitement à quel niveau d’importations correspond tel niveau de taxe douanière (mais il est toujours temps de corriger après coup).

 

Donc à mon avis la principale différence entre un modèle avec monnaie endogène et un modèle avec monnaie exogène ne tient pas dans la capacité de la banque centrale à réguler la masse monétaire.

 

Les choses varient en revanche pour l’inflation. Dans le cas d’une monnaie exogène, l’inflation ne peut provenir que d’un excès de monnaie injectée par la banque centrale dans l’économie. On pense à la célèbre phrase de Friedman (« l’inflation est partout et toujours un phénomène monétaire »). Dans le cas d’une monnaie endogène, les choses sont moins tranchées et en partie inversées. Si ce sont les agents économiques qui, en contractant des crédits, génèrent la masse monétaire, c’est alors l’augmentation des prix qui va déterminer l’augmentation de la masse monétaire. En effet si en moyenne, pour une raison ou pour une autre, les prix et les salaires augmentent dans une économie, alors la valeur des crédits demandés par les différents agents économiques augmentera également (les entreprises par exemple auront besoin de d’avantage d’argent pour payer les salaires de leurs employés, etc.), et donc la quantité de monnaie en circulation augmentera. Ce n’est plus la quantité de monnaie qui détermine les prix, ce sont les prix qui déterminent la quantité de monnaie.

 

De ce fait, et en partie pour faire face aux ultras de l’orthodoxie qui prétendent que l’inflation ne peut être que monétaire, certains postkeynésiens en viennent à penser que l’inflation ne peut jamais provenir d'un excès de monnaie, puisque ce sont les agents économiques qui déterminent leur besoin de monnaie en fonction du niveau des prix. Personnellement je pense qu’il y a à la fois une action des prix sur la quantité de monnaie et de la quantité de monnaie sur les prix. Si les prix augmentent, la valeur des crédits demandés sera plus importante et donc les crédits augmenteront. Mais si trop de crédits sont demandés, alors en accroissant trop fortement la demande pour un bien donné, ils peuvent faire croître son prix.  

 

Ce serait le cas par exemple pour l’immobilier, le volume des crédits demandés a fortement augmenté parce que les prix ont fortement augmenté, et les prix augmentent parce que la demande, permise par le crédit, reste forte.


Une autre distinction porte sur les taux d’intérêts. Pour les uns, le taux d’intérêt résulte de la rencontre entre l’offre de monnaie de la banque centrale et la demande de crédits des agents économiques (il serait donc pour le coup endogène, ceux qui pensent que la création monétaire est exogène pensent que les taux d’intérêts sont endogènes). Pour les autres, le taux d’intérêt est déterminé par la banque centrale puis les banques, sans lien mécanique avec la demande de crédits (il serait donc exogène, ceux qui pensent que la création monétaire est endogène pensent que les taux d’intérêts sont exogènes).

 

Attention, je ne dis pas là non plus que pour les postkeynésiens la demande de crédits n’a pas d’effet sur le taux d’intérêt, je dis juste que l’effet n’est pas mécanique. Une hausse de la demande de crédits ne fera pas varier les taux d’intérêts suite à une supposée rencontre entre offre et demande de monnaie, mais pourra le faire parce qu’en accroissant la demande, cette hausse de la demande de crédits pourra élever le niveau des prix et inciter la banque centrale en réponse à augmenter ses taux d’intérêts.

 

Dans les faits, ça ne change pas grand-chose pourrait-on se dire, dans les deux cas une forte hausse de la demande de crédits, par exemple, devrait entraîner une hausse des taux d’intérêts et une hausse des prix.

 

En réalité ça change pas mal de choses. Nous verrons dans le prochain billet ce que ça peut changer en termes de politiques économiques, avec l’exemple de la désinflation Volcker. Puis, dans le billet encore suivant nous verrons qu’il y a une différence à mon avis beaucoup plus fondamentale que celles décrites ici, entre les partisans de la monnaie endogène et ceux de la monnaie exogène..

 

(En attendant.. suspense )

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

R. Zaharia 20/04/2015 22:08

Explication simple et claire: Merci !
Pour le "Make or Buy", je me rends compte a présent qu'il n'est pas pertinent pour la distinction entre monnaie"exo"... et monnaie "endo..."
Cependant, en se limitant au cas d'une monnaie "endo", il me semble que cette alternative peut servir à illustrer la différence entre un Etat souverain, (c'est a dire dont l'institut d'émission demeure soumis au pouvoir politique), et les Etats de l'actuelle zone Euro (BCE indépendante):
Un Etat souverain ayant besoin de financer un déficit budgétaire conserve, lui, sa liberté de choix:
- soit le "Buy" (en se soumettant a l'humeur des marchés financiers....),
- soit le "Make" (en enjoignant sa BC de monétiser de nouveaux bons du Trésor) .
J'ignore si cette analogie peut etre utile... On a tellement besoin de rendre moins inaccessibles les choix fondamentaux de politique monétaire ! Et celui là... c'en est un ! Dommage qu'il soit proscrit par le Traité de Lisbonne !

Ette Rodox 21/04/2015 09:39

Oui je comprends mieux maintenant votre analogie. Elle est intéressante puisqu'effectivement l'Etat "sous-traite" le financement de sa dette (par les marchés financiers) lorsqu'il rend sa Banque Centrale indépendante (et choisit donc l'option "buy") au lieu d'en être le propre gestionnaire. Elle présente toutefois ses limites, dans la mesure où une entreprise qui choisit l'option buy possède en général un fort ascendant sur ses sous-traitants, à qui elle impose facilement ses conditions, alors que pour le cas de l'Etat qui choisit de se séparer de sa Banque Centrale, c'est malheureusement lui qui se fait imposer ses conditions par les marchés financiers !

Ette Rodox 20/04/2015 13:46

Bonjour, la meilleure définition que je vois est la suivante : une monnaie est exogène lorsque son volume est déterminé indépendant des besoins de financement de l'économie. Par exemple, lorsque le volume de monnaie en circulation est basé uniquement sur l'or, la monnaie est exogène puisque déterminer par le volume d'or détenu par les banques et banques centrales et non par la demande de monnaie des agents économiques.
A l'inverse, la monnaie est endogène lorsque son volume est déterminé par les besoins de financement de l'économie. C'est le cas aujourd'hui, plus les agents économiques (solvables) demandent des crédits aux banques, plus la quantité de monnaie en circulation augmente, et inversement. Le volume de monnaie en circulation ne dépend donc pas de phénomènes extérieurs au système économique, comme la découverte de nouveaux gisements d'or, etc.
Quant à l'analogie avec le make or buy, désolé mais je ne vois vraiment pas le lien avec les concepts de monnaie endogène et exogène, si vous voulez développer ?
Merci pour votre commentaire

R. Zaharia 19/04/2015 09:37

Bonjour
Pourriez vous donner une définition (ou un lien) décrivant "monnaie endogène" versus "monnaie exogène" ?

Pourrait-on établir une comparaison avec une option plus immédiatement accessible au non spécialiste: celle du "Make or Buy", qu'un industriel doit lever lorsqu'il choisit soit de fabriquer lui même un élément indispensable à sa production, soit au contraire de l'acheter ?

Thomas F 27/11/2010 20:52



Ed',


Il faut que tu m'expliques ta pensée quand tu dis: "Ce serait le cas par exemple pour l'immobilier, le volume des crédits demandés a fortement augmenté parce que les prix ont fortement
augmenté"...Je suis tout a fait d'accord si on parle de valeur et non pas de volume...mais quel est la corrélation possible entre hausse des prix et augmentation du volume des crédits?...En
microéconomie, une hausse du coût des prêts immobiliers aura tendance a diminué la demande, donc le volume... Expliques moi stp.



Ette Rodox 29/11/2010 18:34



Euh.. je ne vois qui vous êtes (disons qui tu es, des Thomas je connais, mais des Thomas F, tu peux me le rappeler par mail stp ?) Pour répondre à ta question, oui en général une hausse des prix
a tendance à diminuer la demande, mais souvent ce n'est pas le cas pour l'immobilier ou les actions, c'est-à-dire des biens qui généralement ne perdent pas de valeurs dans le temps, qui ne
"s'usent" pas. Une des explications possibles est donc que, même si les prix sont plus chers, les gens savent qu'ils pourront revendre leurs biens plus cher aussi plus tard, ce qui fait que la
désintitation à acheter quand les prix augmentent est plus faible. De plus, l'immobilier est un bien de première nécessité et en même temps que les prix à l'achat augmentent les loyers augmentent
aussi, donc comme il faut bien avoir un logement pour vivre et comme pour la plupart des gens acheter reste préférable à louer, eh bien même si les prix augmentent on continue à acheter.


(Pff.. j'suis con, je vois très bien qui tu es dzl ! C'est le Ed' qui m'a perturbé, et le microéconomie, j'ai cru que tu étais de la fac !) merci pour ta question et d'être passé sur le blog, en
espérant t'y revoir souvent !



strummer 24/11/2010 15:24



alors là, chapeau! j'ai parfois émis des réserves sur vos posts, aucune sur celui-là, clair, précis, pertinent et pédagogique. merci.



Ette Rodox 25/11/2010 13:54



C'est que je m'améliore alors 


Merci..