Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 09:39

 

Des économistes et des Hommes reprend donc, à un rythme qui sera très probablement moins soutenu qu’auparavant et sur un ton moins virulent. J’aimerais pour ce premier billet que l’on revienne sur la question des profits dans la théorie économique. J’avais prétendu dans plusieurs de mes billets précédents que les économistes orthodoxes n’étaient pas capables d’expliquer la réalisation de profits monétaires par les entreprises au niveau macroéconomique. Le problème, évoqué dans le billet La question de la mort qui tue : mais d’où viennent les profits ?!?!?! (1), est le suivant :

 

Comment les entreprises peuvent-elles en moyenne réaliser un profit positif (qui servira ensuite à l’autofinancement, verser des dividendes aux actionnaires et des intéressements aux employés) et comment ces profits peuvent-ils croître d’une année sur l’autre, sachant que :

- les recettes des entreprises viennent de la consommation des ménages

- les ménages consomment avec les revenus qui leur ont été distribués par les entreprises ?

(on peut supposer pour simplifier l’absence d’Etat)

 

Si ce n’est pas très clair, se référer au billet mis en lien ci-dessus !

 

Plusieurs commentateurs m’ont alors répondu que, bienheureusement, les théories orthodoxes pouvaient aisément l'expliquer.

 

J’ai exposé dans plusieurs billets une manière possible de concevoir l’existence des profits d’un point de vue hétérodoxe. Je propose maintenant aux économistes adhérents à l’une ou l’autre des théories orthodoxes de nous apporter leurs explications sur l’existence des profits. Ou à chacun de ceux qui, lecteurs de ce blog, connaissent des économistes, de leur poser cette question et de les inviter à y répondre.

 

La réponse peut constituer en un lien vers un site qui l’expliquerait, en un commentaire ou en un mail à l’adresse de ce blog heterodoxes@yahoo.fr. Je vous propose de publier ces réponses et de les discuter, afin que chacun puisse se faire une idée des différentes solutions apportées à cette question centrale de la théorie économique et opter pour la théorie qui lui semble la plus appropriée. Je reviendrais également sur l’explication que j’avais proposée antérieurement afin de la développer. Mais j’attends tout d’abord les solutions proposées par ceux qui adhèrent aux différentes théories orthodoxes..

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jean 27/10/2010 18:11


Je suis d'accord avec les points 1 et 2. Toutefois, il s'agit là de *grandeurs nominales* et non réelles.


Ette Rodox 28/10/2010 10:17



Voilà c'est ce genre de discussion que j'aimerais avoir avec des économistes orthodoxes, merci Jean de me l'offrir.. Je pense que si vous êtes d'accord avec les points 1 et 2, vous devriez être
d'accord avec la loi des profits de Kalecki. Je ne sais pas si vous la connaissez ? Sa meilleure illustration reste le livre de Cordonnier "l'économie des Toambapiks".


Cette loi, qui est d'une simplicité et d'une logique implacable, est totalement inconnue des écnomistes (orthodoxes), qui préfèrent apprendre 50 fois aux étudiants la théorie des profits par la
productivité marginale du capital (qui fonctionne à la limite dans une économie de troc) plutôt que 49 fois cette théorie et 1 fois la théorie des profits de Kalecki.


Si vous êtes d'accord avec cette loi, j'aimerais que vous m'expliquiez comment des esprits aussi savants que tous nos prix Nobel et autres, tous nos économistes médiatiques majors des plus
grandes écoles et bardés de diplomes peuvent ignorer cette loi et ne jamais se poser cette question des profits monétaires. On ne peut pas remettre en cause leur intelligence, je ne vois
personnellement que l'aveuglement, la fascination qu'exerce la théorie néoclassique, les conventions sociales (parlez de cette loi dans un de vos articles, 1/ il ne sera pas publié dans les
revues les plus prestigieuses, 2/ vous passerez pour un dangeureux stalinien. Pourtant, cette loi c'a rien de politique et tout de scientifique, on peut voter Madelin et être d'accord avec cette
loi, pas de problèmes, mais l'ignorer je ne comprends pas..



jean 24/10/2010 17:17


Si la question est, à vitesse de circulation de la monnaie constante, une augmentation des dividendes, nécessite-t-elle:
_un accroissement de la masse monétaire
_un accroissement des stocks des entreprises
La réponse est oui. Cela ne pose pas de problèmes aux orthodoxes.
Mais c'est la même chose pour une augmentation des salaires.


Ette Rodox 26/10/2010 17:42



Ce n'est pas si sûr, dans la plupart des modèles, une augmentation de la productivité marginale du capital suffit à accroître les dividendes. Or, sans augmentation d'argent et à vitesse de
circulation constante, comme vous dîtes ça paraît compliqué..


Mais si vous êtes d'accord qu'un accroissement de la masse monétaire est nécessaire à l'accroissement des dividendes, alors êtes-vous d'accord :


1/ qu'une économie avec des machines de plus en plus productives mais sans aucune augmentation de la masse monétaire ne fera pas d'avantage de profits ?


2/ tandis qu'une économie avec des machines à productivité constante mais augmentation régulière de la masse monétaire verra ses profits croître ?


Et je suis d'accord c'est la même chose pour les salaires.



jean 16/10/2010 23:53


Très simple:
_soit le profit sert à la consommation des ménages.
_soit le profit sert à l'investissement.
Dans les deux cas, la différence entre production et les salaires est absorbée. Je ne vois pas de contradiction.


De manière générale, vous aurez du mal à prouver que le profit ne peut exister avec des égalités comptables, car le fait est que le profit existe.


Ette Rodox 17/10/2010 12:44



"De manière générale, vous aurez du mal à prouver que le profit ne peut exister avec des égalités comptables, car le fait est que le profit existe." Jean vous n'avez pas du tout compris la
question que je pose. Bien sur que le profit existe et bien sur que je sais qu'il existe, je ne cherche pas à démontrer que le profit n'existe pas, ce serait débile, je pense juste que les
théories orthodoxes (contrairement par exemple à la théorie postkeynésienne) ne parviennent pas à expliquer l'apparition d'un profit monétaire macroéconomique qui serait ensuite distribués, etc.
Attention, je ne dis pas là non plus que les économistes orthodoxes nient l'existence de profits monétaires macroéconomiques, ils savent eux aussi très bien qu'ils exitent, je dis juste que les
théories dont ils se sont dotés pour comprendre l'économie ne peuvent l'expliquer, ce qui est quand même bien gênant.


Pour me convaincre du contraire et pour convaincre les lecteurs du blog que je me trompe, je demande juste aux économistes qu'ils nous apportent une démonstration de l'apparition de profits
monétaires macroéconomiques dans une économie.


Concernant la première partie de votre réponse, cela marcherait si les profits étaient distribués ex ante, or ils sont réalisés ex post, avant d'être distribués, vous ne pouvez donc pas expliquer
la différence entre production et salaires une année en vous référant aux profits qui vont être réalisés cette même année.



RST 14/10/2010 18:40


Welcome back !

"sur un ton moins virulent"
Quel dommage ;-)

Sinon, mon petit doigt me dit que les zéconomistes ne vont pas se précipiter pour vous répondre


Ette Rodox 17/10/2010 12:29



Ce serait quand même bien dommage de ne pas avoir une seule réponse..